Islam et Occident : plaidoyer pour le vivre-ensemble


                                    
Moyenne: 5 (1 vote)

Islam et Occident : plaidoyer pour le vivre-ensemble

On a créé des académies militaires mais pas d’académies de paix, on enseigne l’art de la guerre mais enseigne-t-on la paix ?


La paix est une valeur inestimable. Encore faut-il s’y investir, se donner les moyens et s’en préoccuper au quotidien dans notre relation aux autres et afin de transmettre la culture de paix à nos enfants.


La paix, devenue sous la plume du Cheikh Khaled Bentounes réalité incontournable, doit être un moyen de transformer nos consciences pour humaniser et harmoniser le monde.


Il ne peut donc y avoir d’avenir que si religieux et non religieux, croyants et non croyants, se transforment en témoins et porteurs de paix.


Quand les soufis disent : « L’être humain est le fils de l’instant » cela signifie simplement que la vérité est à vivre dans l’instant et non à remettre au lendemain.


Cette culture de paix, c’est toute une transformation de l’être. Pour y parvenir, l’une des premières conditions, consiste à passer de la culture du « je », du « moi-je », à celle du « nous » pour enfin abandonner : « moi, l’occidental », « moi, l’oriental », « moi, le musulman », « moi, le chrétien, le juif ou le bouddhiste… ».


PAGES
FORMAT
COLLECTION
N° COLLECTION
ISBN
192 147 x 210 Jouvence 0 978-2-88911-993-6

16,90 €

Disponible

On a créé des académies militaires mais pas d’académies de paix, on enseigne l’art de la guerre mais enseigne-t-on la paix ?

La paix est une valeur inestimable. Encore faut-il s’y investir, se donner les moyens et s’en préoccuper au quotidien dans notre relation aux autres et afin de transmettre la culture de paix à nos enfants.

La paix, devenue sous la plume du Cheikh Khaled Bentounes réalité incontournable, doit être un moyen de transformer nos consciences pour humaniser et harmoniser le monde.

Il ne peut donc y avoir d’avenir que si religieux et non religieux, croyants et non croyants, se transforment en témoins et porteurs de paix.

Quand les soufis disent : « L’être humain est le fils de l’instant » cela signifie simplement que la vérité est à vivre dans l’instant et non à remettre au lendemain.

Cette culture de paix, c’est toute une transformation de l’être. Pour y parvenir, l’une des premières conditions, consiste à passer de la culture du « je », du « moi-je », à celle du « nous » pour enfin abandonner : « moi, l’occidental », « moi, l’oriental », « moi, le musulman », « moi, le chrétien, le juif ou le bouddhiste… ».